Article du Point : les quinze principes de notre contribution

Congrès du PS :
Cohérence socialiste pose 15 principes

Le Point – Publié le – Modifié le

En vue du congrès de Poitiers, le mouvement Cohérence socialiste propose de rénover la vie politique en 15 principes.

Cohérence socialiste est un mouvement dissident de la ligne officielle du Parti socialiste. Il essaie de se faire entendre entre les grognements des frondeurs et la ligne valso-hollandiste du gouvernement. Ni vraiment à gauche toute, ni vraiment à droite (à l’image de Gérard Collomb), Cohérence socialiste ne se reconnaît pas non plus en Martine Aubry. Le mouvement est emmené par un petit groupe de parlementaires, dont Karine Berger, Valérie Rabault (rapporteur générale du Budget), ou encore Yann Galut, qui tente de bousculer la génération Hollande-Cambadélis. C’est d’ailleurs peut-être la meilleure définition de Cohérence socialiste : un mouvement générationnel qui a rassemblé une centaine de signatures au sein du PS pour le dépôt de sa contribution générale.

Karine Berger et Valérie Rabault, deux inséparables amies, sont pointues sur le plan économique du fait de leurs parcours professionnels (Bercy, le monde bancaire). C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elles pointent l’une des faiblesses de la politique actuelle du gouvernement Valls : son soutien insuffisant à l’investissement par les coupes aveugles opérées dans les budgets des collectivités locales. Une critique que l’on entend du reste sur les bancs UMP de l’Assemblée nationale et du Sénat. Cohérence socialiste inscrit la priorité à l’investissement au point numéro 8 des 15 principes (voir plus bas) qu’il pense indispensables à la rénovation du socialisme.

L’adhésion automatique à un syndicat

Le mouvement insiste aussi sur la refondation démocratique à la fois du parti et du pays avec une consultation plus systématique des militants PS (une tendance que l’on retrouve à l’UMP), mais également des parlementaires français avant l’adoption des textes européens. Il propose également une diminution du nombre de parlementaires et la disparition du pouvoir présidentiel de la dissolution.

Dans l’idée de rénover le dialogue social, on notera la proposition de rendre automatique l’adhésion à un syndicat. Une manière d’obliger les centrales syndicales à modérer leurs positions en étant plus proches de la réalité du monde du travail. Cohérence socialiste reprend également le toilettage des missions de l’État, entamé par le gouvernement Valls sous l’impulsion de Thierry Mandon, le secrétaire d’État à la simplification. La préoccupation des ghettos est également au coeur du programme de Cohérence socialiste qui propose de multiplier par quatre le budget du secrétariat d’État à la Ville.

L’intention de Cohérence socialiste n’est pas d’abattre la ligne officielle du parti incarnée par Jean-Christophe Cambadélis mais plutôt de l’infléchir en négociant la reprise de quelques items. Ses leaders annoncent d’emblée l’objectif de l’unité du parti et le refus du « bloc contre bloc », allusion au match qui se prépare entre la ligne Cambadélis et la ligne des frondeurs rassemblant à travers Vive la gauche Benoît Hamon, Henri Emmanuelli, Christian Paul, Marie-Noëlle Lienemann, Emmanuel Maurel, Jérôme Guedj, Laurent Baumel, etc.

[…]

15 propositions pour un socialisme exemplaire, moderne, renouvelé et de combat

1. Pour réussir le congrès de Poitiers, refusons le « bloc contre bloc » qui se dessine et réalisons l’unité et le rassemblement de tout le parti sur une ligne claire tranchée par les militants.

2. Pour le rendre plus fort, lançons vraiment la refonte des missions de l’État et la réforme des services publics du XXIe siècle.

3. Pour atteindre la social-démocratie, envisageons une adhésion automatique aux syndicats.

4. Pour l’égalité réelle entre les hommes et les femmes, lançons le combat contre la nouvelle misogynie.

5. Pour que la gauche retrouve confiance, faisons que le Parti socialiste et ses militants donnent leur avis avant que les textes de l’exécutif et de la majorité soient votés.

6. Pour réhabiliter le rôle de l’État souverain dans la mondialisation, commençons par réhabiliter l’impôt avant la fin du quinquennat en respectant nos engagements sur la fiscalité.

7. Pour être à la hauteur de nos convictions européennes, proposons des listes transnationales aux prochaines élections européennes et faisons débattre par le Parlement les textes avant qu’ils ne soient discutés par le Conseil européen.

8. Pour lutter contre la déflation et soutenir l’investissement, mettons fin dès 2015 à la baisse programmée des dotations aux collectivités territoriales.

9. Pour enfin passer à la croissance durable, ayons le courage de mettre en oeuvre une fiscalité écologique et d’investir des moyens importants dans le développement des énergies vertes.

10. Pour que les citoyens reviennent voter, changeons nos institutions, en supprimant le droit de dissolution et en réduisant le nombre de parlementaires.

11. Pour contrer la folie des marchés spéculatifs, mettons en place dans l’année qui vient une taxe sur les transactions financières et votons dans l’année des dispositifs contre l’évasion et l’optimisation fiscale.

12. Pour lutter contre le communautarisme montant, n’ayons pas peur de redéfinir une laïcité forte d’aujourd’hui et de reconstruire l’école pour qu’elle soit réellement égalitaire.

13. Pour aider nos entreprises à innover, mettons en place dès la prochaine loi de finances la mise sous conditions et le ciblage des aides sur les PME (Cice, pacte de responsabilité) et croyons au numérique.

14. Pour mettre fin aux ghettos, mettons les villes en chantier, multiplions par quatre le budget du secrétariat de la Ville et contraignons ceux refusent de construire des logements dans la mixité.

15. Enfin, respectons vraiment les militants de notre parti, et redonnons à la politique de terrain sa dignité par l’exemplarité de tous.

Pour télécharger notre contribution, cliquez ici : Avec-Coherence-Socialiste-Prenez-Parti-Poitiers-2015